Acheter une voiture en Australie

Me voilà de retour aujourd’hui avec un article un peu pratique sur l’achat d’un véhicule en Australie, un sujet qui visiblement revient régulièrement sur les réseaux sociaux, les primo-arrivants fraîchement débarqués de l’avion s’arrachant les cheveux sur trois thématiques principales : trouver un travail, un logement et de quoi se déplacer. (Et on ne va pas leur jeter la pierre.)

The Little Girl in Boots acheter une voiture véhicule en Australie Vivre en Australie expatriation migration expat migrant Melbourne

N’oublions pas qu’en dehors du fait qu’elle vous amène au travail, la voiture est INDISPENSABLE ici pour visiter le pays ! Ce serait dommage de s’en priver. Parce qu’en se limitant au train, vous n’irez pas bien loin…

La voiture ou rien

Soyons très clairs : la voiture est reine en Australie. Pas de voiture, pas de mobilité, si on résume un peu grossièrement la situation.

« Ouais, c’est pareil en France… »

Nan, ce n’est pas pareil. A Melbourne, l’agglomération compte 4 millions d’habitants. Ne me dites pas que dans une ville comme Paris, Marseille ou Lyon vous êtes en galère ultime pour aller au travail sans voiture. Au contraire, vous êtes mieux sans. Le métro, le bus, les trams et le train vous tendent amoureusement les bras. Certes, ils sont en grève régulièrement, mais ils ont le mérite d’exister. Le réseau de transports en commun est absolument incomparable en terme de densité et de fréquence. Je ne me risquerai même pas à comparer avec la Suisse et sa ponctualité / propreté légendaire, ce serait comme faire faire des tours de piste à une 205 diesel contre une Ferrari dernier cri !

The Little Girl in Boots acheter une voiture véhicule en Australie Vivre en Australie expatriation migration expat migrant Melbourne

Sinon, il y a toujours des solutions alternatives !

Pour beaucoup d’Australiens, ne pas avoir de voiture rime avec galère-de-ta-mère, parce que les distances sont immenses, que ton vélo tu l’oublies tout de suite (lesdites distances + le comportement des conducteurs qui visiblement n’ont pas encore appris à partager la route) et que ce n’est pas en marchant que tu iras à la gare.

Bref, soit vous avez choisi de vous installer aux Docklands (au coeur de la city, un quartier plus ou moins vide pour des raisons diverses dont on pourra reparler) et vous pouvez vous la jouer Hipster écolo qui ne jure que par le tram, soit vous vivez – comme 90% d’entre nous – dans une banlieue quelconque et vous avez deux choix : rester chez vous ; acheter une voiture.

« Tu exagères… »

Non, je n’exagère pas du tout ! Le moindre trajet en train / bus prend entre deux fois et trois fois le temps que cela nécessite en voiture… Même pour un trajet de moins de 30 minutes en voiture, vous pouvez vous retrouver à passer une heure et des brouettes dans un bus vaguement à l’heure. Et encore, tout cela si vous avez la chance d’avoir une gare / un arrêt à proximité de votre domicile ! Il n’est pas rare qu’il n’y ait rien du tout dans les parages.

Plan B : développez des qualités de randonneur longue distance. Note pour plus tard : racheter de bonnes chaussures.

Résultat des courses, tout le monde en âge d’avoir le permis a une voiture dans ce pays. Paraît-il que ça change un peu avec la génération millenium, mais pour le moment il n’est pas rare du tout de voir trois ou quatre voitures stationnées devant un domicile, une par personne. Ouch, merci la conscience écologique. Mais entre sauver la planète et ne pas arriver au travail, les gens ont vite choisi. Une véritable politique de transports en commun est une urgence absolue !

Donc oui, la voiture est un élément essentiel de votre vie en Australie et si vous vous installez à long terme ici, vous allez très certainement vous retrouver à éplucher les annonces de carsales.com.au (ou autre) à la recherche de la perle rare dès la deuxième semaine. Car le plus souvent, même si vous prenez le train pour aller travailler, vous avez besoin d’aller à la gare dans votre carrosse. Eh oui !

S’adapter aux habitudes locales

Je crois que me concernant, le plus délicat a été de m’habituer au marché des voitures australiennes. Ah oui, petit détail : il n’y a pas de voitures australiennes. La dernière usine Ford de Geelong (au sud de Melbourne) ferme ses portes cette année et c’était la dernière entreprise à assembler des véhicules sur le sol australien. Il n’y a pas non plus de marques locales, donc nous nous reposons sur l’importation. Ce qui évidemment n’est pas sans conséquence.

La première, ce sont les prix ! Evidemment, quand tous les véhicules du marché arrivent par bateau des quatre coins de la planète, on sent passer les frais de livraison. En occasion, pour un modèle en état correct (j’entends par là pas une poubelle qui va vous lâcher dès votre troisième semaine de travail), il faut compter un budget de 10 000 $ minimum. Et pour cela vous obtiendrez ce que les Australiens appellent une « petite » voiture. Une petite berline, quoi. (J’avais une 206 en Europe, je pense qu’ils doivent considérer ce modèle comme un kart.)

The Little Girl in Boots acheter une voiture véhicule en Australie Vivre en Australie expatriation migration expat migrant Melbourne

Ça, c’est quand votre budget et votre banquier vous laissent tomber. Cela dit, on ne lui refusera pas un certain charme, non ?

Deuxième conséquence, vous ne trouverez pas les mêmes marques ! Amis des belles Européennes racées, type Audi, VW, BMW… et même Peugeot, vous allez être déçus. Les marques allemandes sont considérées comme des produits de luxe et si comme le Little Boy in Boots vous optez pour un modèle de sport, eh bien mieux vaut mettre la main au portefeuille ! La Ford est reine ici (la voiture du peuple), avec toutes ses consoeurs asiatiques. Vous trouverez pléthores de Toyota, Hyundai et tutti quanti, mais pas du tout de Renaud ou encore de Citroën.  Ces voitures-là, relativement fréquentes partout en Europe, sont absolument absentes. C’est un événement de croiser une Clio ou une 206. Elles sont plus chères que les équivalents chez Toyota, et surtout ne répondent pas vraiment aux besoins des familles australiennes, persuadées qu’elles ont besoin d’un tank dès qu’elles agrandissent la famille. Les SUV sont donc légion, ainsi que les V8 en tout genre.

Donc pour résumer, il faut revoir votre budget à la hausse et/ou vous laisser tenter par nos amis nippons / coréens.

Trouver votre carrosse

Comme en France, vous avez le choix entre la vente de particulier à particulier et la vente directe avec un concessionnaire. Si vous venez d’arriver et que vous êtes jusqu’au cou dans les méandres du débarquement en terre australe, je vous conseille vivement la deuxième option. D’abord parce que le concessionnaire va tout organiser pour vous : la rego (registration, un impôt prélevé tous les ans pour chaque véhicule, à hauteur d’environ 750 $ tout de même), le timbre fiscal, les changements au niveau de la carte grise. En gros, il vous facilite la vie et vous repartez avec Titine sans vous poser de questions. En passant par un particulier, il faudra faire tout vous-même et surtout vous n’aurez aucune garantie sur le véhicule en cas de problème.

L’autre avantage du concessionnaire : le prix affiché sur les sites de vente de véhicules inclus toute la paperasse. Quand vous passez par un particulier, attention aux mauvaises surprises ! (Et je ne parle même pas de vices cachés, simplement du coût engendré par la carte grise, etc.)

The Little Girl in Boots acheter une voiture véhicule en Australie Vivre en Australie expatriation migration expat migrant Melbourne

Pour trouver votre nouveau char (décidément je me mets au français de Québec ces derniers temps), rendez-vous simplement sur les sites de vente de véhicules en ligne et faites une sélection. Envoyez un mot doux dans votre meilleur anglais et attendez. Ils vous rappelleront pour prendre rendez-vous : test drive, inspection du véhicule… et négociation si vous êtes en amour avec la dernière Corolla.

Oui, vous avez bien lu, négociez. Ne payez pas le prix affiché, même pour un véhicule neuf. Demandez-leur d’allonger la rego, insistez sur les griffures du pare-choc, de vous faire un plein d’essence, que sais-je ? La première fois que j’ai vu le Little Boy en action, j’ai cru qu’on m’avait changé mon gentil époux en un pitbull hargneux et plutôt exigeant.

Lui, s’adressant au vendeur : « Je veux un plein d’essence gratuit ! »

Moi, les yeux exorbités : « Euh, chéri, qu’est-ce qui t’arrive ? »

Ce qui en France pourrait passer pour de la pure malpolitesse est ici tout à fait normal. Le vendeur ne s’en n’est pas offusqué du tout, ils se sont montés le bourrichon pendant une bonne demie heure et on a obtenu la rallonge de la rego et ledit plein d’essence (ouf).

Donc quand ça a été mon tour, pour une superbe Peugeot rouge vif (on ne se refait pas), j’ai donc tenté la négociation à l’Australienne, en demandant plein de choses de façon très directe. Et devinez quoi ? Ça marche ! (Petite danse.)

The Little Girl in Boots acheter une voiture véhicule en Australie Vivre en Australie expatriation migration expat migrant Melbourne

Option n°2 : investir dans un cheval de course (c’est bientôt la Melbourne Cup, yeah !).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *